Back
Image Alt

Comment commence une fausse couche ?

Les signes annonciateurs d’une fausse couche varient d’une femme à une autre. Cependant, un certain nombre de manifestations se remarquent chez la plupart des patientes. Quels sont les symptômes d’une fausse couche ? Quels sont les examens nécessaires pour être rassuré ? Retrouvez l’essentiel à savoir dans cet extrait.

Quels sont les symptômes fréquents d’une fausse couche ?

Généralement, la fausse couche commence avec une perte de sang anormale plus ou moins importante. Les saignements s’accompagnent de crampes pelviennes ressemblant à des règles douloureuses plus intenses. Dans le cas d’une fausse couche complète, les symptômes disparaissent une fois l’évacuation terminée.

A lire également : Comment bien dormir avec l’homéopathie ?

Il arrive que certaines femmes soient victimes d’une fausse couche hyperalgique. En principe, les signes demeurent identiques. Toutefois, contrairement au premier cas cité, les douleurs se poursuivent, car l’utérus n’a pas encore expulsé les derniers restes de la grossesse. Il se contracte donc pour évacuer les reliquats, ce qui peut causer chez la femme des crampes.

En troisième position, vous avez la fausse couche hémorragique. Elle se caractérise par des saignements vaginaux abondants et incessants. En raison du risque et du danger qu’elle représente, il est recommandé de consulter immédiatement un médecin pour vider l’utérus afin d’arrêter la perte de sang et les douleurs.

Lire également : Quelle pommade pour irritation à l'anus ?

Fausse couche : attention au signe trompeur

Ressentir des douleurs durant une grossesse n’est pas toujours un symptôme de fausse couche. Vous devrez vous inquiéter uniquement lorsqu’elles s’accompagnent de diarrhées, de crampes, de vomissement et de saignement. De même, avoir de petites pertes de sang en début de grossesse ne doit pas être perçu comme un signe alertant. De nombreuses femmes ont des saignements légers dans les premiers mois. Cependant, pour en être rassuré, prenez soin de consulter votre médecin.

Notez que lorsqu’une fausse couche se déclenche, il est généralement impossible de stopper le phénomène. Toutefois, il est nécessaire de se rendre dans votre centre médical pour obtenir des soins et vous assurez que vous ne courrez aucun risque.

Les différents examens nécessaires en cas de fausse couche

En cas de fausse couche, il est impératif de consulter son médecin pour passer une échographie. Cette précaution permet d’identifier à quel type d’arrêt de grossesse vous faites face. Si les analyses montrent une expulsion spontanée et complète, alors la patiente peut se passer de toute intervention médicale.

Par contre, lorsque l’évacuation est incomplète, une prise de comprimés de prostaglandines s’avère indispensable pour stimuler les contractions de l’utérus. Dans le cas d’une fausse couche tardive, une hospitalisation devient nécessaire pour limiter les risques d’hémorragies pour expulser le fœtus sous péridurale ou sous anesthésie.