Back
Image Alt
people performing first aid medical care to an injured man

Grand Corps Malade : Comment l’accident lui a-t-il laissé des séquelles à vie?

Le célèbre poète et slameur Grand Corps Malade n’a plus besoin d’être présenté aujourd’hui. Grande célébrité du slam français, il a été gravement affecté par un accident. C’est alors que du jour au lendemain sa vie a basculé avec des séquelles. Découvrez dans cet article, comment cet accident lui a laissé des séquelles à vie.

Le coach sportif handicapé à vie

Fabien Marsaud est animateur de colonie de vacances en Vendée, plus précisément à Saint-Jean-de-Monts. Le 16 juillet 1997, une tragédie s’est produite dans sa vie. Un rude plongeon dans une piscine mal remplie d’eau provoque la rupture de ses vertèbres, sa tête ayant heurté le fond de la structure. Il a été immédiatement évacué par hélicoptère et a passé trois mois dans le coma. À son réveil, il était complètement paralysé.

A découvrir également : Claire Abbott : biographie de la mannequin et chanteuse

Pessimistes, les médecins traitants l’ont déclaré paralysé, car les chances pour qu’il remarche étaient minces.  Pendant un an, il suit une rééducation intensive au centre de réadaptation de Coubert en Seine-et-Marne. Très déterminé dans son processus de guérison, il retrouve partiellement l’usage de ses jambes en 1999. Il a retrouvé sa mobilité, mais devra désormais compter sur des béquilles à assistance mécanique pour ses déplacements.

De l’accidenté au slameur de renom

Après cette dure épreuve, Fabien a décidé de ne pas baisser les bras et de se repositionner dans son métier. Il termine alors ses études et obtient en 2001 un DESS en management sportif. Cela lui a permis de proposer ses compétences au département marketing du Stade de France. Il a toujours aimé le sport, et il s’épanouit petit à petit dans cet univers. Cependant, le grand déclic de sa vie se produira en 2003.

A lire également : Où jeter un matelas gonflable ?

Lors d’une soirée portes ouvertes dans un bar de Clichy (Paris), Fabien découvre le slam. Émerveillé par cet art, il eut envie de performer sur scène son premier texte « Cassiopée ». L’expérience l’a bouleversé à un point où il s’est convaincu de rester attaché à cet art. Il le place désormais au centre de sa vie et résolut donc de se donner un nom de scène.

Après plusieurs hésitations, il se fixe finalement sur « Le Grand Corps Malade », surtout à cause de sa grande taille (1,96 m) et de sa mobilité naturelle à jamais perdue. Le slam lui offre nouvelles perspectives et sa voix grave ajoute de la spécificité à ses textes. Après plusieurs petites scènes où il teste ses talents de slameur, il assoit finalement sa notoriété auprès du public qui ne cesse plus de l’admirer et de l’écouter.

Le parrain de l’association « Sourire à la vie »

Grand Corps Malade est un homme qui ne baisse jamais les bras. C’est ce refrain qui le motive et lui donne envie de prendre soin des enfants malades. C’est pour cette raison qu’en 2011, il devient le parrain de « Sourire à la Vie », une association qui vient en aide aux enfants et adolescents malades du cancer. Grand Corps Malade reste fidèle à son intention initiale, et s’investit beaucoup pour que les enfants malades aient aussi une enfance normale que possible.

Il travaille donc avec eux pour créer des spectacles mêlant danse, chant et théâtre. Il leur rend également visite très régulièrement dans l’espace sportif de l’association, pour les soutenir, partager avec eux son histoire et leur apprendre à ne jamais baisser les bras.

Le livre « Patients » adapté au cinéma

En 2012, Grand Corps Malade a décidé de raconter son histoire unique à travers son roman autobiographique « Patients ». Il y aborde sa vie quotidienne au centre de rééducation et aussi les rencontres qu’il y a faites. C’était un vibrant témoignage à tous ses amis du centre de réadaptation qui n’ont pas tous eu les mêmes chances de guérison que lui. Avec autodérision et sérieux, il affirme au public qu’il faut savoir être patient, surtout quand on a perdu toute autonomie.

C’est à force de persévérance qu’il a finalement atteint son objectif de pouvoir remarcher un jour. Cinq ans plus tard, en mars 2017, le livre a été adapté en film et est un réel succès. Il est nommé quatre fois lors de la cérémonie des César 2018, dans la catégorie « Meilleur film ». Grand Corps Malade regarde le film comme cathartique.